FrenchFrancais
  • dimanche, 25 septembre 2022

Le président de l'Association des humanistes du Nigeria condamné à 24 ans de prison pour athéisme

L

L'ONU avait appelé à la libération de Muhammad Mubarak Bala dès sa détention en 2020.

Au Nigeria, l'athéisme mène en prison. Muhammad Mubarak Bala, président de l'Association des humanistes du Nigeria a été condamné à 24 ans de prison par un tribunal de l'Etat de Kano pour avoir blasphémé contre l'islam. Au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, le nord est majoritairement musulman et du sud majoritairement chrétien.

L'athéisme est un blasphème

Muhammad Mubarak Bala, âgé de 37 ans, a plaidé coupable aux 18 chefs d'accusation et a demandé la clémence des juges. Bala avait été arrêté à son domicile de Kaduna le 28 avril 2020 et emmené à Kano, où des plaintes pour blasphème ont été déposées contre lui.

Il avait auparavant publié des commentaires sur Facebook exprimant son athéisme, considérés par certains religieux comme "critiques sur l'islam". L'un de ses messages affirme : "La religion n'est pas une personne, les morts depuis longtemps sont morts, les dieux n'existent pas, alors pourquoi craindre l'analyse et la critique des œuvres qui leur sont attribuées ?" Muhammad Mubarak Bala a renoncé à sa foi islamique en 2014. Il aurait ensuite été emmené dans un hôpital psychiatrique (pour folie) avant d'être libéré. Il a été arrêté en 2020 dans l'Etat voisin de Kaduna et transféré à Kano, son Etat d'origine.

Loi islamique

Bala aurait pu être condamné à la peine de mort s'il avait été jugé par un tribunal islamique. Au nord du Nigeria, comme dans d'autres pays musulmans, l'apostasie (le fait de renoncer à la religion) est considérée comme un crime passible de la peine capitale. L'Etat de Kano, où la population est majoritairement musulmane, est l'un des Etats du nord du pays où la loi islamique (coutumière) est pratiquée parallèlement aux lois laïques.

L'ONU avait condamné la détention de Mubarak Bala et appelé à sa libération dès avril 2020.

commentaires (0)

Laisser un commentaire